Les restaurateurs membres des Cuisineries Gourmandes s'engagent sur
:

- la qualification professionnelle du restaurateur et de son personnel,
- la fabrication totale des plats dans l'établissement,
- la valorisation de la cuisine régionale a partir de produits frais, la présentation quotidienne d'un Menu Saveurs Régionales,
- la réalisation d'un Menu Découverte Gustative pour les enfants,
- la confiance par le Menu Carte Blanche au Chef,
- l'information pour les clients de la provenance des produits régionaux,
- un accueil et un service de qualité,
- la tenue d'un registre de suivi des réclamations des clients.
 
 
 
 
   
 


André Bon Bétend, La Romanerie

Fils de boucher-traiteur à Annecy, André Bon Bétend a été bercé par le bruit des couteaux qu'on aiguise durant toute son enfance. Tout le prédestinant à se tourner vers les métiers de bouche. Une expérience de 8 ans à l'école Lenôtre de Paris l'a incité à poursuive dans cette voie, à Saint-Barthélemy d'Anjou.

Avec plusieurs diplômes de CAP de métiers de bouche en poche (charcutier-traiteur, cuisinier, pâtissier-confiseur), il fait ses premières armes dans de grands restaurants et participe même à l'organisation de manifestations lors des jeux Olympiques de Grenoble en 1969. Il monte ensuite à Paris où son expérience ne fera que s'enrichir au contact de grandes tables comme le restaurant Drouant dans lequel se déroule le prix Goncourt.
Huit années passées aux côtés de Gaston Lenôtre vont confirmer sa vocation de traiteur. "Il fallait se lever à 4 heures du matin. Après notre travail, nous allions regarder avec envie et admiration les confiseurs tirer le sucre avec des gestes souples et précis" raconte, nostalgique, André Bon Bétend. "C'est un métier passionnant mais aussi très fatiguant. Pour persévérer, il faut vraiment aimer cette profession. Il n'y a pas de dimanche et on travaille 7 jours sur 7. Seuls les passionnés persistent dans cette voie".

Retour